06/28/2013

"Les syndicats peuvent eux aussi avoir une signification importante pour les homosexuels et transgendres"

Pascal De Bel0001.jpgDit artikel in het Nederlands

Pascal De Bel, secrétaire régional du SETCa de la section anversoise de notre centrale d’employés, a pris part début juin à la  'World Pride 2012' à Londres. Il représentait les couleurs de la FGTB à ce 40e rassemblement international des LGBT(homosexuels, lesbiennes et bisexuels). Entretien avec Pascal sur la nécessité de rester attentif, également en 2012, aux droits des LGBT.

Pascal De Bel: "La World Pride prend son origine dans les années septante en guise de marche de protestation de la communauté gay, avec pour principale revendication des droits égaux pour les holebis parmi nous. C’était à l’époque une réaction du mouvement LGBT (pour Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres) face à la répression à laquelle ils avaient été soumis jusque-là. Élément nouveau: cette réaction était publique et active."

"Les troubles dans le quartier homosexuel new-yorkais Greenwich Village ont constitué un tournant à cet égard. Depuis les années vingt du siècle passé déjà, ce quartier a attiré de nombreux homosexuels, mais tant la police que les organisations criminelles voyaient en eux des cibles faciles pour des extorsions et des menaces. Lorsque la police a organisé une razzia dans le café LGBT The Stonewall Inn en 1969, la bouilloire a débordé. Au grand étonnement de la police, les personnes présentes ne se sont pas laissé faire, les agents ont même été chassés à deux reprises du quartier. Il s’agissait d’un moment important pour le mouvement LGBT international : désormais, ils n’allaient plus se laisser faire. L’assaut du Stonewall est depuis lors célébré chaque année. En ont été inspirés les rassemblements  annuels de la World Pride ainsi que les parades holebis que nous connaissons par exemple à Bruxelles."

pascal de bel

De nombreuses personnes connaissent uniquement les images des cortèges hauts en couleurs qu’organise la communauté Holebi, le mouvement plus politique qui se cache derrière est en revanche moins visible.

Pascal:  "La partie festive correspond bien en partie, mais depuis des années, les Pride sont précédées par une conférence. Il n’y a pas que la fête, il y a également un travail sur le contenu. Il y a encore du pain sur la planche : à Londres, j’ai entendu des témoignages poignants d’activistes holebis de différents pays, par exemple d’Inde, du Kenya, d’Afrique du Sud… Le droit à l’amour homosexuel et à une vie homosexuelle publique n’est absolument pas une évidence dans de grandes parties du monde. Au contraire, c’est même souvent extrêmement dangereux !"
 
Le thème de la conférence de cette année n’est pas par hasard la  'décriminalisation' de l'homosexualité.

Pascal: "Pas un thème anodin, mais encore un combat indispensable pour de nombreuses personnes ». Au total, 78 pays pratiquent encore une interdiction légale de l’homosexualité, qui est passible de peine mort dans 7 pays. Au Pakistan, au Bangladesh et en Iran, ils obligent les homos à subir des interventions chirurgicales afin de ne plus pouvoir avoir de relations avec d’autres hommes. Les participants LGBT du congrès ne demandent pourtant pas des droits spéciaux, mais bien la protection, l’acceptation et la reconnaissance de leur nature homosexuelle."

"Il y a également des nouvelles positives. 10 pays permettent le mariage homosexuel et 12 octroient le droit à l’adoption. Dans l’Angleterre de 1967, l’homosexualité était encore punissable dans le cadre de la section 28. Et à présent, la World Pride y est organisée. Cela encourage les participants d’autres pays !".

pascal de bel

Pourtant, il y a encore du pain sur la planche en Europe…

Pascal: "Certainement. Il reste important d’améliorer l’attitude, les opinions et la tolérance des gens. Chez nous aussi, l’homo-, la bi- et la transphobie est encore présente dans certains cercles".

"La situation est plus difficile en Europe de l’Est. Dans certains pays, l’homosexualité est traitée comme un délit, même en parler ouvertement est punissable. Les organisations d’aide actives au niveau de l’information sur le VIH se mettent dès lors également en danger et peuvent être punies pour de telles activités. C’est apparu une nouvelle fois clairement lors du dernier championnat européen de football. Les droit des LGBT ne concernent pas que des droits individuels, mais aussi un changement, une progression et une amélioration sur le plan sociétal".
 
Tu t’es rendu à la World Pride en tant que membre de la FGTB. Que fait un syndicat à la World Pride?

Pascal: "Les thèmes abordés à la World Pride sont finalement de nature politique. En outre, le TUC (Trade Union Congress, le plus grand syndicat faîtier aux Royaume-Uni) est l’un des principaux sponsors de l’évènement. Le TUC soutient ce mouvement tant sur le plan politique que financier et s’occupe avec succès, depuis les années 80 déjà, de la défense des droits des holebis britanniques. Le TUC a appelé tous les affiliés à participer à la World Pride et à la conférence. Le syndicat britannique dispose dès lors d’un fonctionnement holebi actif, avec un congrès annuel. Cette année, il coïncidait avec la World Pride".

"Enfin, les homosexuels et transgenres sont des travailleurs comme les autres. Ils supportent eux aussi les conséquences de la crise – et en Angleterre les conséquences des mesures d’économies sévères du gouvernement Cameron. Par ailleurs, ils sont évidemment vulnérables face à la discrimination sur le lieu de travail".

pascal de bel

Qu’en est-il au niveau de la FGTB ?

Pascal: "En Belgique, nous sommes relativement avancés au niveau de la législation. Dans notre pays, les directives européennes en matière d’anti-discrimination ont été transposées depuis longtemps déjà dans les dispositions légales nécessaires. De nombreux syndicalistes peuvent également défendre les droits des LGBT au travail par le biais de la clause de non-discrimination, qui doit normalement être reprise dans le règlement de travail. La FGTB a toujours soutenu pleinement – sans tam-tam – ce processus. Comme syndicat, nous pourrions peut-être attirer un peu plus l’attention de nos militants sur l’importance de cette clause… c’est le moyen par excellence de lutter contre toutes les formes de discrimination au travail".

"Il y a d’ailleurs une belle opportunité à saisir en 2013 : l’an prochain, les World Outgames (un évènement sportif et culturel mondial organisé par la communauté holebi) se tiendront à Anvers. C’est à mes yeux LE moment pour, comme syndicat, organiser un congrès de deux jours sur le thème ! Non seulement pour sensibiliser nos délégués au sujet, mais aussi pour montrer clairement aux holebis qu’ils sont les bienvenus à 100% dans notre organisation. Et que nous nous préoccupons de leurs droits".

Tout de même aussi un peu profité de la World Pride?

Pascal: "Ça pouvait bien, après deux jours de congrès ! J’ai participé au cortège, qui rassemblait beaucoup de monde malgré un peu de pluie. On peut dire que le cortège était haut en couleurs et même un peu carnavalesque. Cela reste toujours une parade festive. J’ai suivi dans la partie réservée aux syndicalistes. J’ai fait de mon mieux pour exhiber mon drapeau rouge parmi tout ce rose ! Même si j’ai aussi profité des belles choses à voir autour de moi… "

Source: SETCA

Pascal De Bel mène le débat dans panel 5

The comments are closed.